Au fil du temps, nos liens se nouent, se distendent, se renforcent...
QUI SONT
LES BÉNÉFICIAIRES
DE VOTRE CONTRAT D’ASSURANCE VIE  ?

La « clause bénéficiaire » est l'élément clef de votre contrat
d'assurance vie puisqu'elle désigne qui percevra
le capital au moment de votre décès.



Nos conseils : Vérifiez régulièrement que cette clause est fidèle à vos volontés, et parlez-en avec votre conseiller Crédit agricole !
 


Quand faut-il se préoccuper de sa clause bénéficiaire ?


À la signature de votre contrat bien sûr, mais aussi si votre situation change et qu’un événement important survient dans votre vie : mariage, divorce, naissance…

Votre clause bénéficiaire est facilement modifiable*.
Ne l’oubliez pas.

* Sauf lorsque la clause bénéficiaire a fait l’objet d’une acceptation

Que peut-il se passer si la clause bénéficiaire est mal rédigée ?


Le capital de votre contrat pourrait ne pas revenir à la personne que vous souhaitez.

Dans certaines situations, il pourrait même être réintégré dans votre succession.

Quels sont les différents types de clause bénéficiaire ?


Il y en a deux : la clause pré-rédigée et la clause libre. Dans la clause pré-rédigée qui peut vous être proposée, vos bénéficiaires sont désignés par leur qualité (votre conjoint, vos enfants, ou à défaut vos héritiers…)


Si les clauses pré-rédigées ne correspondent pas à vos souhaits, vous pouvez désigner d’autres bénéficiaires avec la clause libre.
Cette clause requiert donc une rédaction précise, entre autres : nom, prénom, date et lieu de naissance, adresse, le deuxième prénom (pour éviter toute erreur ou homonymie) ; ou la qualité du bénéficiaire, par exemple :
mon conjoint…

Et, n’oubliez pas d'inclure la clause de sauvegarde comme par exemple « à défaut mes héritiers ».

Que faut-il faire dans tous les cas ?


S’interroger régulièrement sur la nécessité ou non d’actualiser votre clause… et en parler à votre conseiller Crédit agricole.

Il vous connaît, il connaît votre contrat et il vous indiquera comment actualiser ou mieux rédiger votre clause !